La STEP

La problématique de l’assainissement des eaux usées impacte directement l’aménagement du territoire d’une commune. En effet, le type d’assainissement, individuel ou collectif, permet de moduler la densité d’un territoire. Ainsi seul un réseau d’assainissement collectif permet d’obtenir les densités souhaitées en coeur de ville.

La construction d’une station d’épuration constitue donc un enjeu en matière de protection de l’environnement mais également en matière de développement urbain.

Le Shéma Directeur d’Assainissement des Eaux Usées

A Saint-Joseph, la mise en conformité du système d’assainissement des eaux usées a débuté en 2004 avec le lancement du schéma directeur et du zonage d’assainissement des eaux usées, approuvé en conseil municipal le 28 février 2006.

Ces deux outils sont indispensables pour aborder la gestion des eaux usées dans leur globalité à l’échelle d’un territoire communal. Ils définissent en effet les modalités d’assainissement des eaux usées par secteurs. L’ensemble du territoire de Saint-Joseph est ainsi décomposé en 3 zonages :

Le zonage d’assainissement autonome : dans ces zones, chaque parcelle habitée est dotée de son propre système d’assainissement ( une fosse septique toutes eaux et un filtre à sable) dimensionné d’après la surface de l’habitation. Ce type d’assainissement nécessite néanmoins d’une surface suffisante compte tenu de l’emprise foncière du système.

Le contrôle technique de ce type d’assainissement est exercé par la commune de Saint-Joseph par le biais du SPANC (Service Public d’assainissement Non Collectif)

Le zonage d’assainissement semi-collectif : dans le cas du semi-collectif, un ensemble résidentiel (lotissement) possède un dispositif commun d’assainissement des eaux usées. Il peut s’agir d’une fosse septique largement dimensionnée, ou encore de techniques plus modernes telles que les microstations d’épuration. L’opération de logement Man’zelle Renette illustre cet exemple. Une microstation de type  » biodisque  » (cultures fixées) collectera les eaux usées de l’ ensemble des habitations de l’opération (300 EH – Equivalent Habitant).

Le zonage d’assainissement collectif : chaque parcelle située dans le zonage d’assainissement est raccordée à un réseau d’assainissement des eaux usées. Les eaux usées collectées sont traitées dans une station d’épuration. On s’affranchit de la contrainte foncière nécessaire à l’assainissement autonome.

La Station d’Epuration de Saint-Joseph

Fin 2015, la commune a mis en service la station d’épuration. Elle se situe à proximité de la station de transit en rive gauche de la ravine des grègues.

Des contraintes et des enjeux importants:
  • Le dimensionnement de la station devra permettre de traiter la charge correspondant à l’ensemble des tranches d’extension de réseau d’assainissement. Ainsi la station d’épuration sera tout d’abord construite pour 18 500 EH (Equivalent Habitant) , puis en fonction de l’avancement de l’extension du réseau, sa capacité sera portée à 37 000 EH.
  • Cette future station étant localisée à proximité d’un littoral remarquable, les études environnementales ont été effectuées afin que l’ouvrage soit neutre vis-àvis de l’espace naturel et des habitations avoisinantes. Des choix techniques ont été faits en ce sens.
Les sous-produits de la station d’épuration

Une station d’épuration décompose les eaux usées après traitement en deux sous-produits :

  • Les eaux traitées : leur traitement est poussé jusqu’à atteindre des valeurs neutres et sans impact en cas de rejet en milieu naturel
  • Les boues : elles résultent du traitement de l’eau. Elles peuvent être déshydratées et aseptisées. Ces boues ont des destinations diverses : épandages, incinérations, méthanisation. Cependant, à la Réunion, ces filières sont limitées.
Procédés de traitement des eaux de la station de Saint-Joseph

step

Le processus de traitement des eaux sera la technique des boues activées. Cette technique est la plus adaptée compte tenu de l’espace disponible et de la charge d’eaux usées à traiter.

Ce type de station comprend deux bassins, un premier bassin d’aération ou l’insufflation d’air dans l’effluent permet aux bactéries d’accélérer leur processus naturel de décomposition des matières organiques. Un second bassin dit de  » clarification  » permet la décantation de l’eau. Suite à ce traitement, les premieres boues sont extraites et peuvent entrer en phase de  » déshydratation « .

Traitement et rejet de l’eau

En sortie de station, un dispositif de lampes à ultraviolets permettra la neutralisation des germes pathogènes présents l’eau traitée. Cette eau sera alors restituée en milieu naturel. Dans notre cas, un ouvrage de rejet aux pieds de falaise déversera ces eaux traitées dans l’ océan.

Le traitement final par ce sytème de lampes à UV permet d’atteindre une norme semblable à celle des eaux de baignade.

Traitement et destination des boues

Les boues produites seront déshydratées dans une serre de séchage solaire à proximité de la station. Ce séchage permettra la diminution de leur masse et de leur volume. Les boues séchées suivront enseuite une filière de co-compostage, où elles seront mêlées à des déchets verts.